La démocratie participative a-t-elle un sexe ?


GT 1.11 Teoría feminista y democratización- Théorie féministe et démocratisation- Feminist Theory and Democratization

Autor/a
Marion Paoletti (Desconocida)
Coautor/es
Sandrine RUI (Université de Bordeaux)
Programa:
Sesión 2
Día: martes,14 de julio de 2015
Hora: 11:45 a 14:15
Lugar: Aula 4

Texto destinado al GT 1.3 Teoria feminista y democratizacion coordinado por Jone Martinez Palacios y Patricia Martinez Garcia. 

Notre communication prendra appui sur un dossier que nous coordonnons pour la revue Participations. Revue des sciences sociales sur la démocratie et la citoyenneté. Elle se propose de rendre compte de la façon dont le genre, entendu comme système de bi-catégorisation hiérarchisée entre les sexes et les valeurs ou représentations qui leur sont associées (Bereni et al., 2012), est mobilisé comme un opérateur de sens pertinent en matière d’analyse des formes contemporaines de la démocratie participative.

Les théoriciennes féministes ont eu des apports décisifs sur les théories de la démocratie participative ou délibérative (Dietz, 2000). Le livre de Carole Pateman, Participation and Democratic Theory (1970), est ainsi généralement considéré comme fondateur des théories contemporaines de la démocratie participative (Hayat 2011). A sa suite, les controverses internes nourries notamment par J. Landes, J. Mansbrige, I.M.Young, N. Fraser, C. Mouffe, ont ouvert des voies précieuses d’analyse critique de la délibération. Mais si ces ambitions théoriques sont significatives, les données empiriques sur la dimension genrée de la démocratie participative dans les sociétés occidentales demeurent singulièrement restreintes. Alors que les effets du genre sur le rapport au politique sont bien renseignés - qu’il s’agisse de l’intérêt pour la politique, du sentiment de compétence politique, de l’adhésion aux partis politiques et du militantisme, des places différenciées dans les institutions représentatives -, alors que sur bien des continents, les travaux s’accumulent quant au rôle des femmes dans les politiques de développement, saisissant dans un même mouvement participation, genre et principes de justice, selon l‘approche par les capacités (Sen, 2000 ; Nussbaum, 2008), l’analyse de la démocratie participative au prisme du genre constitue encore un chantier auquel les contributeurs.trices au dossier apportent des éléments utiles pour apprécier les enjeux tant théoriques que méthodologiques qu’il convient d’affronter.

Palabras clave: démocratie, participation, délibération, genre, théories féministes, enjeux méthodologiques